Le syndrome du poisson rouge

La poésie pour éviter de tourner en rond. Je me suis mis à la poésie en mars 2020 avec le confinement. Un an plus tard, le coronavirus est, hélas, toujours bien là. Et j’achève mon premier recueil de poèmes.

Pourquoi écrire des poèmes ?

Pour éviter de tourner en rond comme un poisson prisonnier de son aquarium. Car l’imaginaire n’a pas de frontières. Ces textes évoquent le coronavirus, le confinement, la vie quotidienne, les joies simples qu’il fallait savoir apprécier plus encore en cette période de pandémie, les voyages suspendus.

J’ai toujours écrit des poèmes. Discrète et fidèle, la poésie m’a accompagnée ponctuellement mais régulièrement tout au long de ma vie. Avec le confinement, mon attention s’est cristallisée sur ce genre. Depuis un an, je m’y consacre exclusivement. Dans la foulée, j’ai ouvert un compte Instagram inspiré par les instapoètes.

Rapidement m’est venue l’idée de constituer un recueil. C’est ainsi qu’est né mon premier livre de poèmes en attente d’édition.

Un commentaire sur “Le syndrome du poisson rouge

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s